Depuis plus de vingt ans, nous utilisons couramment des bandages adhésifs élastiques ou non (tape), tant en rhumatologie qu’en médecine du sport.1,2 Mais ces dernières années, les sportifs arborent de bien curieux bandages de différentes couleurs et formes. On les voit partout : des Jeux olympiques de Pékin à l’Eurofoot, du Tour de France aux courts de tennis de Roland Garros et de Wimbledon. Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas d’un effet mode mais bien d’une méthode «révolutionnaire» mise au point au Japon dans les années 70 par le Dr Kenzo Kase.3 L’objectif principal n’est plus d’immobiliser une articulation ou restreindre un mouvement, comme nous le pratiquons classiquement, mais au contraire de favoriser et conserver le plus possible une mobilité indolore, d’améliorer la proprioception ainsi que la circulation sanguine et lymphatique. Cette nouvelle approche technique, appelée kinésiotaping, a fait l’objet de divers travaux dans divers domaines de la médecine du sport et de la rééducation orthopédique, neurologique et pédiatrique.4-16 Ces diverses études montrent une amélioration significative de la douleur, de la mobilité et de la fonction.

maison de l'orthèse 2

GRATUIT
VOIR